Itinéraires thématiques  

Gythio

Nous commençons notre visite à Gythio de l’École de jeunes filles.

Info: Selon la légende, Apollon et Hercules, après avoir querellé pour le trépied de l’oracle de Delphes, se sont réconciliés ici, sur la Terre des Dieux, («Γύη Θεών», en grec), la région appelée Gythio. La ville, mentionnée pour la première fois dans les textes de Xénophon, était le port de Sparte et pendant la domination romaine et la domination franque était l’un des principaux ports du Péloponnèse du sud.

  1. L’École de jeunes filles

DSC_7712Le bâtiment qui héberge le Centre Culturel du Magne-Oriental, construit en 1891, probablement par l’architecte bavarois Ernst Ziller. Il a fonctionné comme une école de filles depuis des décennies, d’abord comme une école primaire, puis comme École d’ Enseignement Secondaire. C’est un spécimen de l’architecture de la fin du 19ème siècle, classé monument historique.

En montant la rue du Théâtre Antique, au croisement avec la rue Polyaravou, on voit le bâtiment Arfani, classé œuvre d’Art pour ses éléments néoclassiques, et à droite, au croisement avec la rue Dirou, on trouve la petite église de Source de Vie (Zoodochos Pig)i.

  1. Zoodochos Pigi (Panagitsa)

L’Eglise de Zoodochos Pigi, connue aussi sous le nom de Panagitsa, date du début du 20e siècle, avant l’arrivée d’immigrés dans la région. Le vendredi après Pâques, après les vêpres, a lieu la procession de l’Icône de la Vierge vers la Cité d’ Immigrés, jusqu’au Camp.

  • Info: A gauche, au croisement avec la rue Dirou on trouve le bâtiment qui héberge la Collection Archéologique de Gythio, avec de découvertes archéologiques de l’époque romaine provenant de fouilles et de recherches sous-marines. La Collection peut être visitée sur demande.

La rue de l’ Ancien Théâtre traverse la Cité d’ Immigrés.

  • Info: La zone a été ainsi appelée parce qu’elle a été reconstruite pour abriter 500 réfugiés, arrivés après la catastrophe d’Asie Mineure en 1923: avant leur arrivée dans la région il n’y avait qu’un seul bâtiment et l’église de Source de Vie.

Au bout de la rue de l’ Ancien Théâtre se trouve le Camp de l’École des Cuisiniers, avec l’église de Sainte Marine et l’Ancien Théâtre de Gythio.

  • Info: L’église de Sainte Marine se trouve dans le Camp et on ne peut la visiter que le 17 Juillet, le jour de la fête de la Sainte, où il y a une procession de la sainte Icône autour du Camp, dans la Cité d’ Immigrés tandis que le soir le Général du Camp donne une réception dans le Club de Commandants de place, pour tous les croyants.
  1. Ancien Théâtre de Gythio

L’Odéon Romain de Gythio date du 3ème siècle et a été fouillé en 1891 par l’archéologue Andréas Skias. Ils ne subsistent que les six premiers rangs de sièges de marbre, une partie du septième et du huitième rang et une partie de l’orchestre qui avait un diamètre de 75 mètres. En été, avait lieu  le Festival de Gythio, connu sous le nom de « Marathonissia », fondé fin des années 1950, qui, de nos jours, dure environ un mois, avec des représentations  théâtrales, des concerts et des spectacles de danse.

  • Info: Sur la colline de l’Acropole, vers l’ouest, vous verrez, entre autres, les vestiges de l’Aqueduc Romain et des traces d’une basilique paléochrétienne du3e et du 4 e siècle. Au bout de la rue Polydeucous, sur votre gauche, vous verrez le site archéologique des Thermes, les bains romains de Gythio.
  1. Thermes romains

DSC_9492Les thermes romains de Gythio conservent les trois éléments caractéristiques des thermes: une petite salle rectangulaire avec un bassin d’eau carré pour les bains froids, une salle circulaire avec un creux pour la chaudière de bronze pour les bains tièdes et un « Thermon », une salle avec des bains chauds. Ces bains publics fonctionnaient à partir de 8 ou 9 heures du matin jusqu’au coucher du soleil et pour entrer on devait payer une petite somme d’argent.

En descendant la rue Polydeucous vous tournez à droite et, au bout de la rue Kalkandi, vous trouvez un rocher, où, dans l’antiquité, avait lieu l’Assemblée du peuple. Vous continuez tout droit et vous arrivez à la rue Ermou. Vous tournez à droite, et, sur la grande route qui mène de Gythio à Sparte, il y a le complexe des Prisons de  Gythio. En face, vous verrez le Cimetière Romain.

  1. Le complexe des Prisons de Gythio

Le complexe des Prisons de  Gythio, construit au début du 20e siècle, a fonctionné jusqu’en 1972. Associés à l’occupation allemande et la guerre civile, les deux bâtiments du complexe ont été récemment classés monuments de la mémoire historique de la région.

  1. Cimetière Romain

DSC_8395La plupart des tombes dans la région remontent à l’époque hellénistique et appartiennent probablement à des hommes tués dans la bataille. La valeur des objets découverts dans les tombes, prouve la richesse de ces morts.

Pour revenir à la ville à pied, vous suivez la rue Ermou, où vous verrez l’église de Sainte-Trinité, qui dispose également d’une salle réservée aux réunions de croyants.

 

  1. Eglise de Sainte-Trinité

Au cours de la fête de Sainte-Trinité a lieu la procession de la Sainte Icône dans les limites de la paroisse et, après la messe, le Conseil paroissiale offre de petits gâteaux et des souvenirs.

Continuant tout droit au croisement de la rue Ermou avec la rue Orestou, vous verrez le bâtiment Georgopoulou, classé historique pour ses éléments néoclassiques remarquables.

  • Info: Faites une pause! Un des délices de la région est le «souvlaki» avec une tranche de fromage jaune. Vous allez rassassier votre faim!

En descendant la rue Orestou vous arrivez à la rue Vassileos Georgiou, qui continue sous le nom de Vassileos Paulou et conduit à Perivolaki et au Monument aux aviateurs Laconiens morts.

  1. Monument aux aviateurs Laconiens morts

DSC_8431Le monument a été créé par le sculpteur Praxitelis Tzanoulinos et érigé en 1979 en mémoire d’aviateurs Laconiens tombés dans la bataille. Le 8 Novembre,  jour de fête des Archanges, patrons des Forces aériennes, on effectue une prière commémorative tandis que les autorités de la région, les écoles et les familles des morts déposent de gerbes devant le Monument.

  • Info: A Perivolaki vous trouverez des variétés d’herbes et d’olives, qu’on présente à des jeunes enfants pendant des programmes éducatifs sur les produits d’exportation de la région.

En avançant dans la rue Vassileos Pavlou, sur votre droite, vous verrez Le Sanctuaire de Zeus Kappota  et la Bibliothèque Kapsalia, dont une partie sera hébergée dans le Centre Culturel du Magne-Oriental.

  1. Le Sanctuaire de Zeus Kappota

DSC_8433Il s’agit d’une pierre sculptée qui, selon la légende, est tombée du ciel et a fait guérir Oreste de sa fureur quand celui-ci est assis sur la pierre. A l’époque romaine, on croyait que c’était  Zeus qui, sous forme de pierre, guérissait les douleurs.

Dans la rue, vous verrez deux bâtiments parmi les plus caractéristiques de Gythio: Panagoulakio, légué à la municipalité du Magne Oriental, comme monument historique, et l’hôtel « Aktaion ».

  1. Hôtel « Aktaion »

Γύθειο - Ξενοδοχείο ΑκταίονIl est situé au croisement des rues  Vassileos Pavlou et Laryssiou, tout près de la plage. Il est caractérisé comme œuvre d’art car il maintient sa forme architecturale, en dépit de la récente rénovation.

Info: Après les Jeux Olympiques de 1896, le maestro italien Moretti est arrivé à Gythio, pour se charger de l’Orchestre Philarmonique de Gythio. Il aimait tellement la musique qu’il a proposé qu’un enfant dans chaque famille, sans distinction de classe sociale, apprenne à jouer à un instrument de musique. Ainsi, il y avait dans chaque famille, un musicien, au moins, la mandoline étant  l’instrument de musique le plus populaire.

Au début de la rue Laryssiou, l’inscription ancienne indique la rue ancienne et vous invite à marcher sur le chemin pavé avec de vieilles demeures, où a lieu le défilé de carnaval et la chasse au trésor!

  • Info: Le dernier samedi du Carnaval à Gythio est une journée pleine de divertissements, sur le chemin pavé de la rue Laryssiou, avec le défilé de chars de carnaval et de la foule déguisée.

Il vaut la peine de suivre la rue Ayiou Dimitriou qui monte jusqu’ à l’église de Saint-Démètre, à un de plus beaux sites, pour jouir d’une vue panoramique sur le quartier.

  1. Eglise de Saint-Démètre

Sur la pente d’Akoumarou, parmi les plus anciennes maisons de Gythio, se trouve l’église de Saint-Démètre, une basilique à nef unique avec un clocher et des inscriptions romaines, où, on célèbre le Saint, le 26 Octobre et, dans la même église, on célèbre le Prophète Elias, le 20 Juillet.

En descendant vous sortirez  à nouveau dans la rue Laryssiou et à Filippakio, un vieux manoir, en face duquel vous trouverez l’église de Saint Nicolas.

  1. Église de Saint Nicolas

Dans le quartier Lagadaki, en face de l’île de Kranai , le jour de la fête du saint , le 6 Décembre, on suit la procession de la Sainte Icône jusqu’au port où a lieu la prière pour la santé des marins Maniotes..

Pour aller sur le port, vous tournez à droite, dans la rue Tzanimbeys Grigorakis et vous descendez l’escalier de marbre, avec le buste du poète Koulis Alepis.

Info: Le poète Koulis Alepis est né à Areopolis en 1903 et a vécu à Gythio. Après avoir terminé l’école, il s’est inscrit à l’Université d’Athènes, où il a fait des études de Droit et de Philosophie. Ses poèmes ont été publiés dans des magazines grecs, français et italiens.

Vous continuez tout droit, devant l’escalier de marbre et vous vous retrouvez sur l’île de Kranai, connue sous le nom de Marathonissi, reliée au continent par une jetée depuis 1898.

Info: Selon la légende, sur cette île Hélène et Paris ont passé leur première nuit avant de partir pour Troie.

À côté de la petite plage de Chalkitsa, à l’entrée de l’île et près de la petite église de Saint-Pierre et Saint-Paul, se trouve l’ancien chantier naval.

Info: Le chantier a connu une grande gloire de 1936 à 1950, époque où le transport de gens et de marchandises se faisait par des bateaux, qui venaient ici une fois par an pour l’entretien. Le déclin du chantier naval de l’île a commencé quand on a remplacé les bateaux en bois par d’autres en plastique.

En avançant tout droit dans le sentier, vous verrez, sur votre droite, le jardin de la Tour Tzanetakis qui abrite aujourd’hui le Musée historique et ethnologique du Magne.

  1. Tour Tzanetakis – Musée historique et ethnologique du Magne

DSC_7728La Tour Tzanetakis a été construite en 1829 pour servir de résidence d’été de Tzanimbey Grigorakis, ancêtre de l’ancien Premier ministre Tzanis Tzanetakis, qui a légué le bâtiment à l’État en 1977. Après avoir été rénovée par l’ Office National du Tourisme, la Tour abrite aujourd’hui le Musée historique et ethnologique du Magne, dans lequel vous pouvez trouver des manuscrits , des documents, et de vieilles cartes d’ itinéraires imprimées, appartenant à de voyageurs étrangers qui ont visité le Magne à partir de la Renaissance jusqu’au 19ème siècle.

Vous continuez votre itinéraire  jusqu’ au point extrême de l’île où se dresse, depuis plus d’un siècle,  le Phare de Gythio.

  1. Phare de Gythio

DSC_8445La tour octogonale de marbre blanc, haute de 22 mètres, édifiée en 1880, a été sinistrée par une bombe pendant la Seconde Guerre mondiale et réparée en 1949.Point de repère pour les marins de l’époque, le Phare est un monument historique qui caractérise la région.

De retour sur la route côtière, vous pouvez vous promener  et admirer la vue, boire un verre ou goûter  le poisson frais de la région  et les mézès d’ouzo.

Info : Dans l’antiquité, Gythio était fameux pour l’exportation de murex, abondant, surtout à Cranai et à Selinitsa.

La rue des Poètes, qui a pris son nom en l’honneur de Yánnis Ritsos et de Nikiforos Vrettakos, vous conduit  directement à la jetée, où se dressent la Statue du Marin inconnu et de la Sirène et sur la place de Petrobey Mavromichalis, à gauche.

  • Info: Vous pouvez vous arrêter sur la place de Petrobey Mavromichalis pour un café ou pour faire des provisions. Ne pas oublier de vous procurer des lupins, une spécialité locale riche en protéines!
  1. Statue du Marin Inconnu

DSC_9503

Dédié à tous les marins qui ont été perdus en mer, la statue porte une inscription avec deux quatrains de Ritsos et de Vrettakos qui ont passé quelques années de scolarité dans la ville.

  1. Sirène de Gythio

gorgonaLa sirène de Gythio, sculpture de Rosa Iliou, a été offerte à la municipalité de Gythio en 2005 par Georges et Ménélaos Geroulakos, en mémoire de leur père Constantinos Geroulakos, éminent chirurgien de Laconie.

  • Info: La jetée est un endroit idéal pour prendre en photo la vue panoramique spectaculaire de la ville!

Continuant sur la route côtière, vous verrez les bâtiments classés Karvouni et Kalapotharakou et vous reviendrez au centre commercial, où vous pouvez admirer le bâtiment de la Mairie de Gythioo et, à côté, l’école secondaire où Yánnis Ritsos et Nikiforos Vrettakos ont fait leurs études.

  1. Mairie de Gythio

DSC_9202Ce bâtiment a été construit en 1891, probablement par l’architecte bavarois Ernst Ziller. Des objets importants de la collection archéologique sont logés ici, temporairement, alors que dans le passé, outre les services de la municipalité, sont hébergés ici le Tribunal d’instance, l’École de Commerce et l’École secondaire du soir. Il est classé monument historique, étant exemple de l’architecture néoclassique de la fin du 19ème siècle.

  • CONSEIL: Quoi de mieux qu’un plongeon dans la mer à la fin de la route?

À 15 minutes à pied (5 min en vélo) vous pouvez être à la célèbre plage Selinitsa!